Article sélectionné

mercredi 12 mai 2021

 Elargissement des assemblées du culte à partir du 9 juin : 

Comme vous l'avez appris par la presse, dans le cadre du plan de déconfinement progressif, le Codeco a décidé d'élargir le nombre de personnes pouvant participer au culte à l'intérieur d'une église: 100 à partir du 9 juin, 200 à partir du 1er juillet.

Cependant, cela reste conditionné à l'évolution de la situation sanitaire : 
-pour le 9 juin, il est requis : Si huit personnes vulnérables sur dix (les 65 ans et plus et tous les adultes souffrant de comorbidités) sont protégées avec un seuil indicatif de 500 lits occupés en soins intensifs par des patients covid.
-pour le 1er juillet, il est requis : Si sept adultes sur dix ont reçu leur première dose de vaccin et si l’on constate une tendance favorable des hospitalisations, avec un seuil indicatif de 500 lits occupés en soins intensifs par des patients covid.
...Et qu'un nouveau variant ne vienne pas tout chambouler ! De plus, le respect des protocoles sanitaires (masques, distance...) est toujours de mise.

Nous accueillons donc cette perspective d'assouplissement avec bonheur, mais aussi avec une extrême prudence. Le programme des célébrations reste inchangé jusque fin juin ; la seule différence sera (si tout se passe selon ce qui prévu dans le meilleur des cas) qu'il ne faudra plus s'inscrire pour participer à ces célébrations. Mais actuellement, l'inscription est toujours obligatoire et le nombre limité à 15 personnes : cela jusqu'à nouvel ordre.

ASCENSION 2021

 Ascension du Seigneur : "Enlevé... élevé... et redonné."


Lien vers la feuille liturgique







Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »
Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.


Homélie du padré Bernard pour la fête de l'Ascension

  




dimanche 9 mai 2021

 

Belle fête à toutes les mamans !

Quelques citations...

"L'amour d’une maman, c’est la conviction que ses poussins sont des cygnes ; ce qui est la meilleure façon de donner du moral à des enfants qui sont convaincus d’être de vilains petits canards." 
(Pam Brown)

"Une maman c’est une montagne de compréhension. Une maman, c’est comme du coton : elle est douce à l’intérieur comme à l’extérieur et nettoie tous les maux."
(Jean Gastaldi)

À maman

"Mon cœur me dit que c’est ta fête
Je crois toujours mon cœur quand il parle de toi
Maman, que faut-il donc que ce cœur te souhaite?
Des trésors? Des honneurs? Des trônes? Non, ma foi!
Mais un bonheur égal au mien quand je te vois." 

(Victor Hugo, Poème écrit le 27 septembre 1816)

"Quand j’ai froid elle se fait lumière,
Comme un soleil dans l’existence,
Quand j’ai mal elle se fait prière,
Elle me dit tout dans un silence,
Quand je souffre, elle souffre avec moi,
Quand je ris, elle rit aux éclats,
Mes chansons sont souvent pour elle,
Elle sera toujours ma merveille."

(Extrait de "Les Yeux de la Mama" de Kendji Girac)
 

Un peu d'humour !
Découvrez comment Dieu créa
la maman...


Du soir au matin, du matin au soir, il travaillait sans relâche à créer la MAMAN.
Lui apparut alors un ange qui lui dit: "Vous en mettez du temps pour cette créature-là !"
Le Bon Dieu lui répondit : "As-tu seulement lu sa fiche technique ? Il faut qu’elle soit entièrement lavable sans être de plastique, elle est composée de mille pièces mobiles et toutes remplaçables, elle roule au café noir et aux "restants" de cuisine, elle marie la douceur de roulement à la solidité de la carrosserie. Ses baisers guérissent tout, depuis les entorses aux chevilles, jusqu’aux chagrins d'amour... Il lui faut aussi six paires de mains!"
L’ange hocha la tête: "Six paires de mains? Impossible!"
«Ce ne sont pas tellement les mains qui m'embarrassent, expliqua le Bon Dieu, mais les trois paires d’yeux indispensables à toute maman.»
«Ce n'est pas conforme au prototype !» riposta l'ange.
En soupirant, le Bon Dieu continua: «Il lui faut une paire d`yeux qui voient à travers les portes fermées: "Qu'est-ce que vous faites là les enfants ?" tout en connaissant la réponse. Une autre paire d'yeux derrière la tête pour voir ce qu’elle ne devrait pas, mais qu’elle doit savoir. Et une troisième paire par devant, pour regarder l'enfant qui fait une bêtise, des yeux qui disent quand même : "Je t'aime et je te comprends..." Et sans ouvrir la bouche !"
"Seigneur, dit l'ange en lui tapotant amicalement l'épaule, "allez vous coucher, il se fait tard. À chaque jour suffit sa peine..."
"Je ne peux pas répond le Bon Dieu, je sens que je touche au but : je suis sur le point de créer un être véritablement à mon image, un être qui me ressemble ! J'ai enfin réussi à rendre cette créature capable de se guérir toute seule quand elle est malade, de préparer un repas pour six personnes avec une livre de viande hachée, de faire prendre son bain à son grand garçon de neuf ans et de consoler le premier chagrin d'amour de sa grande de quinze ans."
L'ange continue l'inspection de la future maman : " trop délicate", murmure-t-il.
"Oui, mais combien résistante !" réplique vivement le Bon Dieu. "C’est incroyable tout ce que cette créature peut faire et supporter !"
"Elle peut penser ?" demande l’ange.
"Non seulement penser, mais encore aimer et apaiser" dit Dieu.
L'ange continue l'examen, passe son doigt sur la joue et fait remarquer : "Oh ! Il y a une fuite !"
"Ce n'est pas une fuite"  dit le Bon Dieu, "c'est une larme".
"Une larme de quoi ?" demande l'ange.
"Une larme de joie, de tendresse, de déception, de tristesse, de solitude, ou encore de fierté", dit le Bon Dieu.
"Ce sera sûrement "le" chef-d'œuvre de toute la création", conclut l'ange.
"De fait, ajoute le Bon Dieu, j'en suis si fier que j'en prépare une pour mon propre Fils. Je l'appellerai Marie"

samedi 8 mai 2021

 6ème dimanche de Pâques : "Je vous appelle mes amis."


Lien vers la feuille liturgique







Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »


Homélie du curé Bernard pour le 6ème dimanche de Pâques : 


...et soignez bien tous vos amis : Ils le valent bien !

Et un petit cadeau supplémentaire trouvé sur YouTube (passez la pub) :  



Et encore ce message de la Famille Myriam, Québec :   


"Un Ami" (Jean-Claude Gianadda)

Un ami pour inventer la route
Et garder la chaleur de sa main dans ma main
Un ami pour rester à l'écoute
Et pour suivre avec lui le chemin
Un ami pour chanter
Comme l'on peut chanter
Lorsque l'on est aimé pour de vrai
Un ami pour donner
Comme l'on peut donner
Lorsque l'on est aimé pour de vrai
Un ami pour inventer la route
Et garder la chaleur de sa main dans ma main
Un ami pour rester à l'écoute
Et pour suivre avec lui le chemin
Un ami qui comprend
À temps et contre temps
Et toujours nous apprend le présent
Un ami qui attend
Aussi beau qu'un serment
Le regard d'un enfant, un printemps
Un ami pour inventer la route
Et garder la chaleur de sa main dans ma main
Un ami pour rester à l'écoute
Et pour suivre avec lui le chemin
Un ami de valeur
Comme un révelateur
De ce qu'il y a de meilleur dans ton cœur
Un ami, un semeur
Le chant d'un batteleur
Un matin prometteur de bonheur
Un ami pour inventer la route
Et garder la chaleur de sa main dans ma main
Un ami pour rester à l'écoute
Et pour suivre avec lui le chemin
Un ami pour choisir
Pour bâtir et fleurir
Une clé pour ouvrir l'avenir
Un ami pour partir
Même s'il faut mourir
Puisque c'est pour servir et grandir
Un ami pour inventer la route
Et garder la chaleur de sa main dans ma main
Un ami pour rester à l'écoute
Et pour suivre avec lui le chemin



NOUVELLES DE LA COMMUNAUTE – 9/05/2021

 

Fête de l'Ascension : messe mercredi 12 mai à 18h à St Jean-Baptiste, et jeudi 13 mai à 10h à St Laurent. 

Inscriptions aux messes :

Pas d’assouplissement en vue au niveau du culte pour les assemblées, toujours limitées à 15 personnes hélas. Nous vous invitons donc à continuer de vous inscrire auprès de la personne renseignée sur votre feuillet pour pouvoir participer à la messe dominicale.

Lundi 10 mai à 20h, réunion de l'équipe pastorale au Secrétariat de l'UP.

Lectio divina (partage biblique) : en l'église St Laurent, ce vendredi 14 de 19h30 à 20h30.


Nous avons célébré cette semaine les funérailles :

-mardi à St Fiacre, Madame Charlotte CORVERS (68 ans)

-jeudi à St Laurent, Monsieur Bernard PROUMEN, époux de Renée LANGE (81 ans)

 

Confions-les au Seigneur ainsi que leurs familles. 

 

Nous aurons la joie de célébrer bientôt le baptême :

le dimanche 16 mai à St Laurent,

- de Cédric BODSON, fils de Michel Bodson et Marie-Louise Butera (11h45)

- et d’Eva NICOSIA, fille de Calogero Nicosia et d’Isabelle Depasse (14h30)

Toutes nos félicitations !


CATECHESE :

Les Professions de foi qui devaient avoir lieu ce dimanche 9 mai sont reportées au mois de septembre à cause de la situation sanitaire ; soutenons ces jeunes graines de chrétiens de notre prière et de notre affection.

Samedi 29/05 à Ste-Thérèse : de 15h30 à 17h, rencontre des communiants du groupe de Delphine et Mélyssa à l'église.

Dimanche 30/05 à 10h45 St-Fiacre : Messe des communiants

Le groupe des futurs communiants de St Fiacre (groupe de Bernadette et Myriam) vivra sa 3ème messe de catéchèse le dimanche 30 mai à 10h45.  Pour cette raison, la messe paroissiale de 9h30 sera une messe basse. 

La célébration des premières communions reste fixée au 6 juin en 2 groupes, à 9h30 et 10h45, pour respecter la règle actuelle limitant les assemblées à 15 adultes. Ces célébrations sont réservées aux seuls enfants et à leurs parents (à moins qu'un élargissement conséquent soit annoncé d'ici-là) ; pour participer à une eucharistie, il est donc nécessaire de s'inscrire ailleurs. 


samedi 1 mai 2021

5è dimanche Pâques

 5ème dimanche de Pâques : "Je voudrais bien hanter..."


Lien vers la feuille liturgique







Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite. Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi.
Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. »

Homélie du curé Bernard pour le 5ème dimanche de Pâques : 




"Lu nut' du may" : pour ceux qui ne connaissent pas... un groupe de jeunes en partance pour une longue, très looooongue nuit !


LU NUT' DU MAY (Florent et Olivier Lebierre)

I fêt tranquile, lu cî èst bê,
Ezès manèdjes, on n’ ôt nou brut.
Avâ lès tchamps, lès p’tits-oûhès
Su r’pwazèt quéquès-eûres ossu.
Nos-ôtes, nos frohans bwas èt hâyes
Po trover one cohe bèle asséz.


O quéle bèle nut’ quu l’ nut’ du may,
Qwand qu’ on-z-a l’ boneûr d’ èsse êmé !
O quéle bèle nut’ quu l’ nut’ du may,
Qwand qu’ on-z-a l’ boneûr d’ èsse êmé !


Nos v'nans tot plins d' djôye èt d' amoûr ,
Planter l'âbe à cisse quu n'êmans ;
Tot clawant, n's sintant bate nosse coûr
Et du nosse mîs, doûcemint n's tchantans,
Sohêtant qu' çoula li ahâye,
Espèrant d' èsse ruscompinsés :.


O quéle bèle nut’ quu l’ nut’ du may,
Qwand qu’ on-z-a l’ boneûr d’ èsse êmé !
O quéle bèle nut’ quu l’ nut’ du may,
Qwand qu’ on-z-a l’ boneûr d’ èsse êmé !


So l' timps quu n's tchantans, nosse mêtrèsse
Su duspiète, su r'lîve bin keûtemint,
Ele vint lûtchî podrî l' fignèsse
Ele a l' timps long d' èsse â matin.
Et totes nos pônes, èle nos lès r'pâye
Tot nos djurant fidélité !


O quéle bèle nut’ quu l’ nut’ du may,
Qwand qu’ on-z-a l’ boneûr d’ èsse êmé !
O quéle bèle nut’ quu l’ nut’ du may,
Qwand qu’ on-z-a l’ boneûr d’ èsse êmé !


En espérant nous retrouver l'an prochain pour chanter ensemble cette douce mélodie 🎶🎉




Diocèse de Liège - Diözese Lüttich - Église catholique de Liège
Newsletter diocésaine - Mai 2021

Cliquez sur le bandeau


mercredi 28 avril 2021

EDITO

  Edito mai 2021 : 

Allumer le feu de l’Esprit Saint et cesser de polluer !


Le mois dernier, j’écrivais en titre de mon éditorial : « Non, les cloches ne se tairont pas ! » Je voulais par là nous encourager à ne pas baisser les bras en cette période de Pâques, centrale pour les chrétiens, et à nous montrer solidaires pour vaincre la pandémie.

Les cloches ont sonné la résurrection de Jésus-Christ ! Nous avons eu la joie, malgré les règles strictes limitant le nombre de fidèles, de célébrer les jours saints en nos paroisses. De nombreuses communions (et le buis béni) ont été portées à domicile ; des messages d’espérance et d’amitié ont été échangés avec ceux qui sont isolés… La Résidence du Couquemont a vécu sa première messe de Pâques avec une assemblée enthousiaste, après tant de mois de privation d’Eucharistie…

 Oui, ce furent de beaux moments, portés par le travail de nombreux bénévoles soignant particulièrement la décoration, choisissant les plus beaux chants et accueillant avec chaleur les chanceux qui avaient pu s’inscrire à temps… A chaque célébration, il était fait mention des absents : chacun avait pour mission de les représenter, de les porter avec lui devant le Seigneur, pour qu’eux aussi puissent ressentir qu’ils font partie de la communauté et recevoir les mêmes grâces. Merci aux équipes d’anges gardiens ! Merci aussi à nos musiciens, fleuristes, lecteurs et lectrices… 

 Nous pouvons bien sûr attendre avec résignation que les Conseils de Co-ceci ou de Co-cela veuillent bien ouvrir davantage la porte de nos églises à la pratique d’un culte qui était de toute façon déjà en désaffection et que le confinement est venu juste réduire encore un peu plus en peau de chagrin… Mais, s’il est vrai que la pratique du culte est la partie la plus « visible » de notre vie chrétienne et communautaire, c’est bien à un autre niveau que les défis nous sont lancés pour l’édification de l’Eglise de demain. Ce que nous fait vivre cette épidémie peut nous interroger sur les combats que nous avons à mener.

 Car l’Eglise ne peut pas vivre en dehors du monde. La messe ne peut pas être une « bulle » de bien-être où l’on se tient au chaud avec des gens qu’on a choisis. Et nous sommes attendus au-dehors, vers ce que le pape François appelle « les périphéries », pour partager avec nos frères humains leurs rêves et leurs combats, et s’engager avec eux pour la terre, la justice sociale, économique, environnementale, une société où l’homme ne serait plus un loup pour l’homme… où l’on ne pollue plus la planète en détruisant les ressources des générations futures… Aujourd’hui, nous le savons, ces choix sont cruciaux.

Pour avancer sur une telle voie sans nous perdre dans un vague "humanisme" mais en gardant notre spécificité chrétienne, nous avons besoin d'une seule chose : d'obéir à l'Esprit-Saint. J'ai été interpellé la semaine dernière par une lecture des Actes des Apôtres où le diacre Etienne, face aux Docteurs de la Loi et aux chefs des prêtres qui le jugeaient, n'hésitait pas à leur lancer : "Depuis toujours, vous résistez à l'Esprit-Saint !" (Ac 7,51). N'est-ce pas souvent notre cas, hélas ? Vivre sous la conduite de l'Esprit nous fait renoncer à notre petit "être-pour-soi" pour préférer Dieu ;  préférer la simplicité (spirituelle et même matérielle) à la richesse, le service humble aux honneurs mondains, la douceur à la force, le respect et la collaboration à la compétition et à la domination...

Si une nouvelle Eglise doit naître après le confinement, elle devra être mue par ce désir de recréer une communauté où l'Esprit prime sur la Loi, et la fraternité sur l'orgueil : Ce combat ne se fait pas avec nos propres forces, mais avec celles que le Seigneur nous donne. La Pentecôte que nous allons bientôt célébrer, rappelle et ravive dans l'Eglise le don de l'Esprit Saint ; mais saurons-nous l'accueillir, et surtout ne pas lui résister ?... On pourrait avoir l'impression que nous avons développé à son égard une sorte d'immunité comme celle que nous pourrions avoir vis-à-vis d'un virus nocif !

Puisque de son côté la vaccination avance pour nous protéger du Covid - ce qui est une très bonne chose, je nous engage tous, frères et soeurs avec qui j'essaye de vivre comme vous en chrétien, je nous engage à invoquer en ce temps pascal le Saint esprit pour être renouvelé par ses dons : la douceur, la bonté, la joie, l'amour, la confiance dans les autres et en Dieu, la paix. Chaque jour, nous nous préparo,s à cette aventure d'une vie enthousiaste même face à la pandémie. N'attendons pas la fin du port du masque et l'élargissement de nos assemblées pour pouvoir se reconnaître, se saluer et se parler dans les rues ensoleillées de notre commune ! "Allumez le feu !" dirait Johnny.

O Seigneur, envoie ton Esprit qu'il renouvelle la face de la terre !

Bernard Pönsgen, curé


dimanche 25 avril 2021

 

NOUVELLES DE LA COMMUNAUTE 24-25/04/2021

 

Nous avons célébré cette semaine les funérailles :

-jeudi 22 à St Fiacre : Madame Madeleine FRANSOLET, veuve de Claude GODARD (87 ans)

-samedi 24 à St Fiacre : Monsieur Georges JOB, époux de Nathalie DEWITTE (59 ans)

 

Nous vous annonçons aussi le décès :

-Sandra PFAFF, décédée subitement à Battice à 48 ans ; une cérémonie évangélique aura lieu en l’église St Fiacre lundi 26 à 10h30 pour les proches.

-Madame Maguy NOËL, veuve de Georges HOTCHAMPS, décédée aux Heures Claires ce samedi à 83 ans ; les funérailles auront lieu mercredi 28 à 10h30 en l’église St Laurent d’Andrimont.

 

 

Inscriptions aux messes :

Pas d’assouplissement en vue au niveau du culte pour les assemblées, toujours limitées à 15 personnes hélas. Nous vous invitons donc à continuer de vous inscrire auprès de la personne renseignée sur votre feuillet pour pouvoir participer à la messe dominicale.

 

 

A propos des Communions :

Comme vous le savez, les professions de foi ont été reportées en septembre à cause de la situation sanitaire et de l’impossibilité d’organiser la retraite.

Concernant les premières communions qui se vivent en unité pastorale, elles auront bien lieu (si rien ne change au niveau des restrictions) le dimanche 6 juin à St Fiacre comme prévu, mais en deux groupes successifs et en présence des seuls parents.

 

samedi 24 avril 2021

 

 4ème dimanche de Pâques : "le Berger et la pierre d'angle"

Lien vers la feuille liturgique






Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, Pierre, rempli de l’Esprit Saint, déclara : « Chefs du peuple et anciens, nous sommes interrogés aujourd’hui pour avoir fait du bien à un infirme, et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé. Sachez-le donc, vous tous, ainsi que tout le peuple d’Israël : c’est par le nom de Jésus le Nazaréen, lui que vous avez crucifié mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts, c’est par lui que cet homme se trouve là, devant vous, bien portant. Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle. En nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. »

PSAUME

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus déclara : « Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis. Le berger mercenaire n’est pas le pasteur, les brebis ne sont pas à lui : s’il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s’enfuit ; le loup s’en empare et les disperse. Ce berger n’est qu’un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui. Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau. Nul ne peut me l’enlever : je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, j’ai aussi le pouvoir de la recevoir de nouveau : voilà le commandement que j’ai reçu de mon Père. »


Homélie du curé Bernard pour le 4ème dimanche de Pâques : 



Pour les enfants : Une vidéo sympa et instructive !




vendredi 16 avril 2021

 3ème dimanche de Pâques : "Touchez-moi !"

Lien vers la feuille liturgique






Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain. Comme ils en parlaient encore,  lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. » Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu’il prit et mangea devant eux. Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : “Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes.” » Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins. »


Homélie du curé Bernard pour le 3ème dimanche de Pâques : 



Pour notre réflexion : Un enseignement audio de Christian Gagneux 

 


Touché par Jésus et toucher Jésus (cliquez sur l'image)


De nos 5 sens, le toucher est un sens primordial. Le toucher est le seul de nos sens qui implique une réciprocité. On ne peut toucher sans être touché !

Dans les Evangiles, la notion du toucher a beaucoup de valeur. Nous sommes très loin de l’image de Dieu dans l’Ancien Testament, intouchable, inaccessible.

En se laissant toucher et en touchant, Jésus fait la preuve de sa complète humanité et de son amour pour l’homme.

Dans ce message Christian Gagnieux nous fait découvrir comment nous pouvons toucher Jésus et comment Lui veut nous toucher. 


Le toucher dans la Bible et dans la liturgie (cliquez sur l'image ou sur le titre)

mainsCet exposé a été préparé pour la session de mai 2017 pour les personnes en situation de malvoyance (conférence des évêques de France, outils pour le catéchuménat).